Peggy, mère d’une fille de 1 an, anthropologue, en couple

11 Nov

Mon compagnon est attaché commercial en banque et je suis docteur en anthropologie. Nous sommes parents d’une petite fille de 1 an. Il a le revenu le plus conséquent du foyer. Nous sommes dans une situation singulière car je suis devenue mon propre sujet de thèse: une femme contrainte de rester au foyer dans un compromis (perdant) avec la société (pas de crèche, pas les moyens de rémunérer une nourrice à l’année etc) Notre fille est pré-inscrite dans 8 crèches privées ou associatives. Ainsi que dans les crèches municipales de notre ville (Nantes). Que des refus depuis 1 an (pas de place). Je travaille donc de mon domicile en donnant quelques conférences (pas un véritable salaire). J’ai du abandonner pour l’année mes demandes de qualifications et mes cours à l’université. À la suite de mon congé maternité, je m’étais déjà vue remplacer par un collègue et mise à l’écart de l’université. Celle-ci profitant de mon absence pour ne pas renouveler mon contrat déjà précaire (je suis chercheur mais pas encore maître de conférence ayant obtenue ma thèse 2 mois après avoir accouchée). La maternité pour une femme reste une parenthèse délicate dans notre société.

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :