Géraldine, un petit garçon de 11 mois, éducatrice spécialisée, séparée

10 Nov

Seule à élever un petit garçon de 11 mois, je suis  séparée de son père depuis le début de la grossesse, il ne m’aide pas financièrement et je ne touche pas d’aides parce que j’ai refusé de passer par la justice. Fraichement diplômée comme éducatrice spécialisée diplômée en juillet 2011, j’ai fait le choix de ne pas travailler pendant une année pour m’occuper de mon fils, à partir du moment ou j’ai obtenu un HLM. J’ai tout naturellement demandé à ma mairie une place en crèche. Au jour d’aujourd’hui je suis 2e sur la liste d’attente, ouf ! j’en vois le bout.Mais au mois de juillet j’ai dû refuser un emploi, car je n’avais pas les moyens de faire garder mon enfant par une assistant-e maternelle. Je me rends régulièrement à la crèche pour rappeler à la directrice que je suis toujours là et que je patiente toujours. J’ai appris qu’à partir de 2013, la CAF rendra obligatoire le fait d’avoir un emploi pour avoir une place en crèche. Je m’interroge : s’il n’y a pas de mode de garde, il n’y pas de possibilité de travailler, mais si on n’a pas de travail, on n’est pas prioritaire pour avoir une place en crèche… Je n’ai pas fait de démarche pour que mon fils soit gardé par une assistante maternelle car je considère qu’il est du devoir de la société d’assurer la prise en charge des enfants dont les parents travaillent. il est trop simple pour l’Etat de se targuer de la hausse des natalité dans ce pays mais de ne pas assurer financièrement derrière pour que les collectivités aient les moyens financiers, logistiques et plus que tout humains d’accompagner le développement et l’émancipation des enfants. Les assistantes maternelles aussi compétentes soient elles, ne font que pallier le manque d’investissement des Etats pour leur jeunesse et leur avenir.

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :